La pêche de l'écrevisse

La pêche de l’écrevisse est réservée aux titulaires d’une carte de pêche délivrée par une association agréée pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique (AAPPMA).

 

Cette pratique est autorisée à condition d’employer des balances à écrevisses (maximum 6 par pêcheur simultanément).
Les balances peuvent être indifféremment rondes, carrées ou losangiques et leur diamètre ne doit pas dépasser 0,30 mètre.
Attention, comme pour les poissons, il n’est en aucun cas possible de les capturer à la main.

 

 

Toutes les écrevisses ne sont pas capturables.
Les espèces autochtones comme l’écrevisse à pieds blancs ou l’écrevisse à pattes rouges font l’objet d’une protection totale dans l’Yonne, interdisant leur capture toute l’année.

 


Les trois principales espèces pouvant être prélevées sont d’origine américaine :
L’écrevisse « américaine » colonise principalement les grandes rivières et les étangs. Cette espèce est présente sur la majeure partie du département dans des cours d’eau comme l’Yonne ou le Canal de Bourgogne.

 

 

 


L’écrevisse « signal » très reconnaissable à la tâche blanche située sur la commissure de la pince se développe quant à elle dans les petits cours d’eau de première catégorie.

On la retrouve principalement dans l’Avallonnais.

 

 

 


Enfin l’écrevisse « Clarkii » (appelée aussi écrevisse de Louisiane) se caractérise par sa couleur rouge et une agressivité débordante.

Cette espèce recensée en Puisaye notamment dans des plans d’eau comme le Lac du Bourdon n’hésite pas à traverser les routes pour coloniser d’autres milieux.
Attention, l’écrevisse Clarkii présente un risque sanitaire important (certains sujets sont porteurs sains de la peste des écrevisses), c’est pourquoi son transport vivante et de surcroît, sa réintroduction dans d’autres plans d’eau ou cours d’eau sont rigoureusement interdits.

Il est donc obligatoire de tuer l’écrevisse pour la transporter. Pour cela, il suffit de la châtrer en tournant puis en tirant la partie centrale de la queue.